PageRank Chronique beauté noire Annuaires des sites Annuaire Web France Feminin Référencement gratuit
lundi , 11 décembre 2017
Accueil » CULTURE & SOCIÉTÉ » Interviews » Marronnage à la Reunion : un film d’animation sur la Reine Simangavol à découvrir sur Youtube

Marronnage à la Reunion : un film d’animation sur la Reine Simangavol à découvrir sur Youtube

L’Hstoire de la Réunion est peu connue. Comme sur la plupart des territoires ayant été concernés par l’esclavage, sa population a plus connaissance des personnages abolitionnistes que de ceux qui ont mené les luttes de résistance à l’intérieur de la société. Mickael Joron, auteur réunionnais afrodescendant, fait partie de ses acteurs qui souhaitent apporter une vision plus globale de l’Histoire à ses concitoyens. En effet, il a créé un film d’animation sur une Reine marronne de la Réunion : Simangavol. Cette dernière a combattu l’esclavage et les esclavagistes. Nous avons souhaité en savoir plus….

Chronique beauté noire : Pourquoi avoir choisi le thème du marronnage et le personnage de Simangavol en particulier ?

Mickael Joron : La Réunion est l’un des rares pays avec Haïti et le Brésil à avoir connu un Empire marron dans ses montagnes. Il faut savoir que les Noirs du Brésil et de la Réunion qui sont aussi originaires d’Angola et du Mozambique, ont donné deux arts-martiaux cousins. La capœïra pour l’un, le moring pour l’autre.

L’empire marron réunionnais était composé d’un empereur, de rois , de reines, de chefs de camps, de lieutenants, de soldats, de citoyens ordinaires. Les marrons étaient libres et avaient déclaré la guerre aux esclavagistes. L’âge d’or de l’empire selon les historiens se situe en 1748, lors de de l’entrée dans l’ère mozambicaine sous l’empereur Baal et la mort de son mentor de 96 ans, l’empereur Pitré. Une mort qui a mis fin à l’ère malgache. Ces faits sont répertoriés dans les procès verbaux des marrons capturés. Le marron Farhla a révélé lors de son interrogatoire que l’empereur Baal contrairement à l’empereur Pitré avait lancé une grande campagne de militarisation des Noirs des montagnes, dans le but de prendre définitivement le pouvoir sur l’île.

Les nombreuses expéditions punitives prouvent que les Cafres de la Réunion ont eux-mêmes œuvré pour que leurs enfants puissent vivre dans la dignité des droits fondamentaux à l’humain.

En 1829, on recensait 4823 marrons, c’est énorme. C’est pour cela que nous avons entamé cette série de dessin animé, en mettant à l’honneur notre Reine Simangavol, la fille du Roi Anchaing et de la Reine Héva. Parce que nous voulons montrer aux petits enfants et surtout aux petites filles que leurs racines sont solides. La Réunion est une terre de femmes courageuses, fortes, vaillantes. C’est dans la génétique des réunionnaises, vu l’ADN que nous partageons ensemble. Notre groupe patriotique KOZ KAF NASYON s’est inspiré de nos ancêtres marrons, nous nommons tous nos membres par un nom de marron, c’est la tradition chez nous. Nous avons donc mis l’accent sur l’éducation des petits, pour qu’ils puissent avoir l’estime d’eux-mêmes et de leurs ancêtres. Il ne faut plus avoir honte de s’afficher au naturel, c’est notre héritage et on doit en être fier.

CBN : Quel enseignement historique reçoit-on lorsqu’on grandit à la Réunion ? Les programmes sont-ils spécifiques a l’île ?

MJ : La Réunion est hypnotisée dans l’enseignement à la dénaturation, elle est plongé dans l’aliénation de ce qui vient de l’extérieur. Quand la KOZ KAF est arrivée en 2012 après les émeutes généralisées, elle a mis l’accent sur l’intérieur, sur ce qu’on possédait, sur notre Histoire. J’ai aujourd’hui 30 ans. Mais quand j’étais petit, on nous a servi le programme « mes ancêtres les gaulois ».  J’étais en CP, je me suis regardé par les nacots de la classe et je me suis dit « il y a un problème, je n’y crois pas à leurs histoires ! »

Plusieurs fois on m’a humilié quand j’étais enfant, on voulait que je me taise et que j’arrête de poser des questions sur mes ancêtres. Le souci pour ceux qui voulaient m’occidentaliser, c’est que je suis le genre de personnalité à être endurant, dans ce en quoi je crois et puis surtout, je vivais ce lien ancestral le soir.  Quand j’avais 4 ans, je refusais de dormir. Quand ma mère me demandait pourquoi, je lui disais qu’à chaque fois que je me réveillais au Camp Maison-rouge à Saint-Louis (le dernier domaine des Noirs d’outre-mer), où étaient retenus mes ancêtres du côté maternel par le passé. J’avais les chaînes aux pieds et à chaque fois, je fuyais dans les montagnes. C’était un lien spirituel et génétique qui s’est réveillé à 4 ans.

Quant aux  programmes scolaires, ils ont peut-être un peu évolué mais à mon époque, c’était la France (métropolitaine) et l’Europe. Rien sur nous, sur notre pays, sur nos ancêtres. Quand on parlait des Noirs, c’était pour les victimiser en ressassant qu’ils étaient esclaves, point barre ! Dans les années 80 et 90, jamais on aurait parlé du marronnage aux élèves, de peur qu’ils essaient plus tard de s’inspirer de leurs ancêtres pour une quelconque  cause. Il faut dire que plusieurs fois des gens mal intentionnés ont cherché à brûler les archives sur le marronnage, une partie à quand même réussi à être sauvée. Il faut rendre hommage aux historiens réunionnais, pour leur travail très fourni, spécialement Prosper Eve.

CBN : Comment est perçue la question de l’esclavage à la Réunion, surtout étant donné la grande diversité des origines des habitants de l’île ?

MJ : L’esclavage est perçu comme une abomination sur l’île. Notre grande diversité fait que justement tout le monde a un peu de l’ADN de ces esclaves en lui, même lointain. Il faut aussi dire que l’esclavage a été suivi de l’engagisme des Indiens, des Chinois, des Mozambicains et Malgaches. L’engagisme est une autre forme d’esclavage avec des patrons de plantations qui traitaient ces humains comme des esclaves, en ne les payant pas et en les torturant. Ce qui a valut une révolte sanglante des Chinois alliés aux Noirs en 1843. Il faut savoir que le dernier cas de révolte anti-esclavagiste sur l’île remonte à 1945. Avec la révolte des Malgaches Antandroy de Stella Matutina à Saint-Leu. On a aussi notre propre date de l’abolition, le 20 décembre, c’est une date nationale pour nous.

CBN : Pour quand est prévue la sortie officielle de votre film d’animation ?
MJ : Il est déjà sorti sur Youtube, je l’ai sorti plus vite que prévu. Parce que quand j’en ai fait l’annonce, j’avais déjà entamé un bon bout. Mais avec l’effet de la bande-annonce, je me suis mis la pression tout seul. Du coup j’ai pris du temps exclusivement pour cette petite animation de 1 mn 40.
Maintenant je retourne vers la promotion de mon livre BD qui est sorti en début d’année chez Edilivre : Anecdotes illustrées du mysticisme réunionnais.  Il est en vente à la Fnac, sur Amazon, Cultura, Price Minister et à la librairie Decitre.
Mickael Joron et son livre « Anecdotes illustrées du mysticisme réunionnais »

Le livre fait aussi référence aux marrons et à leur spiritualité, notamment leur divinité, le Dieu Zanaar. Là je suis en attente de sélection de mon troisième livre avec ma maison d’édition parisienne. Il s’appellera Mafia créole : psychée d’un criminel néronien. C‘est un roman inspiré de la réalité de la mafia politique et de la corruption dans les îles en général. Dans des sociétés post-esclavagistes, où les politiciens s’entourent de nervis qui deviennent de gros parrains. C’est comme ça qu’ont été créés les Posses jamaïcaines ou les chimères haïtiennes.

CBN : Combien d’episodes composent le film ?

MJ : Je ne sais pas encore à vrai dire. Je pense qu’on va déjà en faire une dizaine et on verra la suite. J’ai la chance de ne jamais m’encombrer de carnets de commandes. J’ai horreur de ça, pour créer j’ai besoin de temps, de liberté, de tranquillité. Sinon je suis bloqué.

CBN : Sur quels supports sera-t-il disponible ?

MJ : Le film restera sur Youtube en libre accès, la publicité de mon site internet et de ma chaîne Youtube servira à rentabiliser le tout. Comme je suis tout seul, je n’ai personne à payer, donc cela me donne plus de liberté. C’est plus dur c’est vrai, ça demande plus de travail et d’effort mais mon esprit marron me pousse à l’indépendance naturelle.

Stéphanie B.

Co-fondatrice et gérante chez Chronique beauté noire
Esthéticienne indépendante à Lyon - Séances de conseils personnalisés à domicile pour améliorer votre routine beauté

One comment

  1. Super article !! Force à toi frère !!

Laisser un commentaire