PageRank Chronique beauté noire Annuaires des sites Annuaire Web France Feminin Référencement gratuit
mardi , 18 septembre 2018
Accueil » CULTURE & SOCIÉTÉ » Revue succinte du roman « Celles qui attendent » de Fatou Diome

Revue succinte du roman « Celles qui attendent » de Fatou Diome

Celles qui attendent, c’est l’histoire de deux mères, Arame et Bougna, qui envoient leurs enfants, Lamine et Issa, en Espagne. C’est aussi l’histoire de leurs jeunes épouses Coumba et Daba qui les attendent. Cette longue attente est rythmée par le quotidien de la vie en famille, ses conflits et ses secrets. Le thème principal reste cependant l’immigration clandestine.

Dans ce roman, Fatou Diome évoque les causes des départs vers l’Europe. Pour ce faire, elle raconte les motivations qui poussent le départ de Lamine et d’Issa, deux amis d’enfance, vers l’Espagne. Les raisons sont multiples : la quête d’un meilleur avenir mais aussi la conséquence de familles brisées, de jalousies entre coépouses, des rivalités conjugales, la colère et la satisfaction d’intérêts personnels.

Le chapitre 19 est particulièrement intéressant parce que l’auteure /narratrice y livre sa position sur l’immigration choisie qui ne date pas de Sarkozy et qui profite à la France. En effet, elle distingue plusieurs types d’immigration choisie comme, par exemple, l’immigration pour la guerre avec les tirailleurs africains, l’immigration pour l’industrialisation avec l’accueil des migrants et, enfin, l’immigration pour la main d’oeuvre moins chère dans une Europe vieillissante. Fatou Diome critique aussi les États africains qui ne proposent rien d’attrayant aux jeunes (page 209-211) qui ne voient leur espoir que dans leur départ pour l’étranger. D’ailleurs Issa et Lamine en sont les représentants par excellence vu qu’ils n’ont pas trouvé du travail et qu’ils allaient de petits boulots en petits boulots.

Sinon, dans le roman, on lit aussi la douleur de l’attente d’un mari ou d’un fils. C’est la douleur des mères qui perdent leurs enfants partis de la maison pour l’Europe. Les deux personnages principaux du roman sont Arame et Bougna. Elles sont amies. Ce sont des mères qui se battent pour la survie des leurs, en présence ou en l’absence de l’homme car les enfants se tournent toujours vers leur mère pour manger. Pour Fatou Diome, c’est une tâche qui est imposée aux femmes, féminisme ou pas.

Pour finir, je partage avec vous des impressions ressenties pendant ma lecture. La première est cette citation que j’ai beaucoup aimée: “Féminisme ou pas, nourrir reste une astreinte imposée aux femmes “ (page 11). La deuxième, faites attention à Bougna, car elle peut vous amener à vous énerver et à vouloir jeter le livre par dessus la table.  Elle est mariée à Wagane, a 6 enfants et est dans un foyer polygamique (2ème épouse). Elle est querelleuse et provoque ses coépouses. Par contre, Arame est douce et suscite la compassion du lecteur.  Je ne vous en dirais pas plus…

Muriel

Muriel

Muriel Mben est une auteure camerounaise qu'on peut classer dans la catégorie des écrivains africains de la troisème génération. Elle a écrit La dernière pluie (2013), The unruly passenger (2015) et, Un bond dans l'inconnu.
Muriel

One comment

  1. Merci pour ton soutien Muriel ! 3

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.