PageRank Chronique beauté noire Annuaires des sites Annuaire Web France Feminin Référencement gratuit
dimanche , 16 décembre 2018
Accueil » NEWS & BONS PLANS » Naturi Ebène à Lyon

Naturi Ebène à Lyon

Naturi Ebène à Lyon, c’était du jamais vu. L’autodidacte du cheveu crépu a répondu à l’appel de la toute jeune association OJAL (Organisation de la Jeunesse Afrodescendante de Lyon), qui nous proposait de venir écouter et échanger avec l’auteure du “retour au naturel, ou comment s’occuper de ses cheveux crépus” samedi 22 février dernier, à l’espace culturel Afrique Caraïbe, fraîchement inaugurée. Après le débat les participants ont pu prendre un rafraîchissement et faire quelques emplettes auprès de Merveille qui proposait des accessoires ethniques. Fait notoire à Lyon : la salle était comble!

Naturi Ebène à Lyon

On ne présente plus Naturi Ebène, néanmoins pour les néophytes en particulier, le débat qui a eu lieu juste après sa présentation a été très instructif. Des questions les plus basiques comme l’entretien du cheveu crépu (notamment le nombre de soins par semaine), aux sujets les plus pointus comme la place de la question identitaire au sein du mouvement nappy ;  c’est sans complexe et avec beaucoup d’enthousiasme que les participants ont partagé et débattu avec Naturi.

Ce qu’on peut retenir c’est que revenir au naturel n’est pas quelque chose à prendre à la légère. C’est une décision qui doit être mûrement réfléchie, car les obstacles sur le chemin sont nombreux. Naturi Ebène parle même de transition psychologique avant la fameuse transition capillaire, qui exige que la future candidate à l’afro fasse une introspection, en se demandant entre autres quelles sont les raisons qui la motivent.

On ne retourne pas toutes au naturel pour les mêmes raisons: certaines le font pour raison médicale, d’autres par effet de mode, d’autres encore pour coller à leur principe identitaire etc…  C’est principalement parce que les motifs de chacun (les hommes ont montré leur intérêt lors de la rencontre avec Naturi!); et chacune sont différents qu’il est difficile de rassembler tout le monde autour de la question identitaire. Il n’empêche, et c’est cela mon avis personnel , que toute personne qui effectue à un retour au naturel s’expose aux commentaires souvent désagréables des autres, et se retrouve ainsi malgré elle confrontée au sujet identitaire. Pour cette raison, mieux vaut partir convaincu de son choix et préparé à l’opposition.

Aux Etats-Unis alors que la vague nappy a déferlé, menaçant même les fabricants de défrisage, ici la tendance reste encore marginale, dixit Naturi. Selon elle, c’est même là le vrai problème : non pas l’existence des tissages en soi, mais le fait qu’une large majorité de femmes noires en porte. En ce qui concerne le défrisage, ce qui est condamnable c’est le fait que ce produit dangereux soit vendu de façon libre alors que ses liens avec les fibromes, les risques durant la grossesse, ou de façon assez répandue avec les brûlures au 3 ème degré ne sont plus à démontrer. Cependant, il ne nous appartient pas de faire du prosélytisme en forçant toutes celles qui n’en ont pas encore fait le choix, à se convertir. Le changement se  fera de manière libre par l’information et l’éducation, probablement sur plusieurs générations afin de déconstruire les schémas imposés dont nous n’avons su nous séparer.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.