PageRank Chronique beauté noire Annuaires des sites Annuaire Web France Feminin Référencement gratuit
dimanche , 23 juillet 2017
Accueil » CULTURE & SOCIÉTÉ » Les limites de l’éthique

Les limites de l’éthique

Je n’en reviens toujours pas. Quand je suis tombée sur cet article à s’arracher les cheveux, je me suis immédiatement dit que je me devais de réagir. J’ai donc décidé à mon tour d’écrire un article. Après avoir longtemps hésité à créer une nouvelle catégorie « dérive de la génétique », je me suis finalement ravisée.

médicaments

La cause de mon choc?  Un article du Daily Mail datant d’il y a bientôt deux ans. D’après celui-ci des chercheurs australiens auraient découvert le gène du cheveux frisé. Il s’agirait de la trychohyalin. Ainsi, ils travailleraient sur une pilule miracle capable de rendre les cheveux plus frisés et surtout plus lisses.

Cette découverte a surtout pour objectif de permettre de « prédire » si l’enfant à naître aura les cheveux bouclés ou non. Le professeur Nick Martin à l’origine des recherches indique qu’une variation du gène déterminerait le niveau de raideur ou de frisure du cheveu. Toujours selon lui, il serait possible de délaisser les traditionnels fers à lisser au profit de nouveaux traitements. Et d’ajouter « qu’ ils sont désormais en mesure de développer de nouveaux traitements capables de rendre les cheveux plus lisses, ou plus frisés plutôt que de traiter les cheveux directement ».Il s’agit donc de traiter le cheveux de l’intérieur. On apprend également dans cet article que le chercheur serait en discussion avec une célèbre entreprise de cosmétiques à Paris, que beaucoup soupçonnent de n’être autre que L’Oréal. En effet, la firme travaille depuis quelques temps déjà sur une pilule pour les cheveux frisés.

Petite analyse:

Premièrement, le terme de « traitement » me mets profondément mal à l’aise. Le professeur Nick Martin estime t-il que la norme est d’avoir des cheveux lisses et que par conséquent, avoir les cheveux frisés serait la manifestation d’une maladie ?

Deuxièmement, ok on aime toutes changer de style de temps à autres. A coup de défrisants, de tissages, de tresses de brushing ou de fer lisser on donne libre cours à nos envies. Cela signifie t-il cependant que l’on désire des cheveux lisses de manière définitive?

Troisièmement, quel recul a t-on face à cette pilule et à ces potentiels effets indésirables? Les techniques plus traditionnelles ne sont déjà pas sans conséquence, alors imaginez un peu une méthode orale !

Enfin, dernier point mais pas des moindres, la question que sous-tend cette pilule miracle est celle de l’eugénisme. Si dans bien des pays il est interdit de déterminer à l’avance la couleur des yeux de son enfant, comment se fait-il que l’on puisse envisager de connaître à l’avance la texture des cheveux de son enfant? Cherche t-on par ce « traitement » à normer la beauté? Faudra t-il après cela être blonde et avoir les yeux bleus ?

Ce qui m’effraie dans tout cela c’est que malgré mes réticences – et probablement celles d’un grand nombre d’entre nous – il est fort à parier que le fruit de ces apprentis sorciers trouvera preneurs sans aucun problème. Quand on pense que des maladies endémiques ne trouvent toujours pas de vaccins, des savants fous à l’idéologie à peine voilée conçoivent des projets avec la complicité de grandes entreprises.

Laisser un commentaire