PageRank Chronique beauté noire Annuaires des sites Annuaire Web France Feminin Référencement gratuit
samedi , 16 décembre 2017
Accueil » CULTURE & SOCIÉTÉ » Une journaliste brésilienne « découvre » qu’elle est Noire à l’âge de 36 ans

Une journaliste brésilienne « découvre » qu’elle est Noire à l’âge de 36 ans

Au Brésil comme dans d’autres pays dits métissés, de nombreux afrodescendants ont du mal à situer leur identité, en ont honte et tentent de s’en distancier en essayant de se rapprocher des standards Blancs. Ces personnes ont tendance à occulter leur part d’africanité notamment quand leur entourage leur rappellent sans cesse qu’ils ne sont juste un peu foncé ou qu’ils auraient l’air Blancs s’ils se lissaient les cheveux. Beaucoup n’ont alors pas la « conscience d’être Noir ».

C’est le cas de la journaliste Viviane Duarte, 38 ans, qui a découvert qu’elle était Noire il y a seulement 2 ans.

Viviane Duarte est fondatrice des projets Plano Feminino et Plano de Menina (projets d’aide et d’émancipation pour femmes et aux jeunes filles) et parlait avec une amie des difficultés subies par les jeunes filles défavorisées. Selon elle, les jeunes filles pauvres et noires rencontreraient davantage de difficultés que les autres. C’est alors que son amie lui a demandé son avis sur la question, considérant Viviane Duarte comme Noire.

Viviane Duarte sous le choc raconte l’histoire à son mari en rentrant et ce dernier lui répond « Oui, tu es Noire, tu ne savais pas ? » « J’ai pleuré » rapporte la journaliste.

Depuis lors, ce n’est pas seulement son reflet dans le miroir qui a changé mais également son regard au monde. « Avant, quand j’analysais les publicités, je m’intéressais aux problèmes de genre et de diversité mais je ne m’intéressais pas aux problèmes rencontrés par les femmes noires. Aujourd’hui avec le projet Plano Feminino, je m’intéresse à l’insertion dans les entreprises… Je me suis également réconciliée avec mes cheveux. Je peux me les lisser mais s’ils bouclent, je ne vois plus cela comme un problème. »

Cependant, ce qui n’a pas changé pour Viviane Duarte, c’est le regard de sa mère qui la voit toujours comme une morena jambo (voir photo), un des nombreux termes utilisé pour classifier les gens en fonction de leur couleur de peau au Brésil.

Source : O Estado de S. Paulo

Stéphanie B.

Co-fondatrice et gérante chez Chronique beauté noire
Esthéticienne indépendante à Lyon - Séances de conseils personnalisés à domicile pour améliorer votre routine beauté

Laisser un commentaire