PageRank Chronique beauté noire Annuaires des sites Annuaire Web France Feminin Référencement gratuit
jeudi , 10 août 2017
Accueil » SANTÉ » Pratiques cosmétiques à risque » Huiles capillaires, défrisants et puberté précoce chez les jeunes filles

Huiles capillaires, défrisants et puberté précoce chez les jeunes filles

Au fil des siècles, les scientifiques ont noté un abaissement général de l’âge d’apparition des premières règles chez les jeunes filles. Alors que l’âge moyen était d’environ 14 ans au milieu du XXème siècle, aujourd’hui l’âge moyen des première règle est évalué à 12 ans environ. On considère qu’une fille est atteinte de puberté précoce lorsque ses premières règles surviennent avant cet âge là. Bien que la puberté précoce puisse être causée par différents facteurs (environnement, obésité, stress, conditions socio-économiques) mais nous nous intéressons dans cet article uniquement à l’impact des produits capillaires sur la puberté des jeunes filles.

Crédit photo

Plusieurs études ont déjà démontré un lien entre l’utilisation de certains produits capillaires et la perturbation du système endocrinien. Nous avons entre autre déjà traité du fibrome utérin ici et de l’augmentation de cas de cancer du sein ici.

Une étude pilote met en corrélation l’utilisation de certains produits capillaires et la puberté précoce

Une autre étude pilote menée au Etats Unis datant de 2011, s’est intéressée spécifiquement à l’utilisation de produits capillaires pendant l’enfance responsables de l’apparition précoce des premières règles chez des personnes de différentes origines. Dans cette étude, l’utilisation d’huiles capillaires** et de défrisants a été associée à l’apparition précoce des premières règles. Par contre, les leave-in conditioners et autres types de produits capillaires n’ont pas été mis en cause dans les cas de puberté précoce. Cela révèle très probablement un plus haut taux de perturbateurs endocriniens ou de composés œstrogéniques dans les huiles capillaires et défrisants comparé aux autres types de produits capillaires.

Par exemple, les huiles capillaires synthétiques contiendraient plus de methylparaben or mono-ethyl phthalate que d’autres produits capillaires. Si ces composants perturbent davantage le système hormonal, l’utilisation  d’huiles capillaires est alors mise en cause dans l’apparition précoce des premières règles.

Les produits incriminés étant majoritairement utilisés par les personnes d’origines afro-caribéennes,  on peut affirmer dans le cadre de cette étude que ce public-là est plus exposé aux perturbateurs endocriniens présents dans les produits capillaires. Selon les données du National Health and Nutrition Examination Survey aux Etats-Unis (enquête nationale sur l’examen de la santé et de la nutrition), les jeunes filles Afro-Américaines entre 6 et 11 ans présentent un taux de mono-ethyl phthalate deux foix plus élevé que les autres groupes ethniques. Parallèlement, les Afro-Américaines ont plus de risques de voir leur premières règles à un âge précoce. Le contact avec les perturbateurs endocriniens contenus dans les produits capillaires pourrait expliquer cette tendance.

Faire attention à ce que nous appliquons sur les cheveux des enfants

Dans le monde actuel, il est difficile d’éviter les perturbateurs endocriniens car comme nous le disions dans l’introduction, ils sont partout autour de nous. Cependant il est nécessaire de comprendre que nos habitudes cosmétiques peuvent empirer l’exposition à ses composés qui altèrent notre système et surtout celui des enfants qui sont en plein développement et donc plus sensibles. Il est donc recommandé de :

  • éviter à tout prix d’utiliser du défrisant sur les enfants et les adolescents. Ils auront le choix plus tard de prendre cette responsabilité à leur charge
  • préférer les produits naturels ou bio (100% naturels ou avec un maximum d’ingrédients d’origine naturelle) si vous pouvez vous le permettre
  • éviter les produits vendus sous le manteau
  • suivre l’actualité cosmétique (produits incriminés par les associations de consommateurs par exemple)
  • apprendre à lire les étiquettes pour au moins savoir ce que l’on consomme

 

 

** huiles synthétiques (pétrochimiques)

Source : Elsevier 2011

Stéphanie B.

Co-fondatrice et gérante chez Chronique beauté noire
Esthéticienne indépendante à Lyon - Séances de conseils personnalisés à domicile pour améliorer votre routine beauté

Laisser un commentaire