PageRank Chronique beauté noire Annuaires des sites Annuaire Web France Feminin Référencement gratuit
lundi , 24 juillet 2017
Accueil » CULTURE & SOCIÉTÉ » Gladys Marcin de DiviNéa bijoux

Gladys Marcin de DiviNéa bijoux

Découvrez Gladys Marcin, fondatrice de DiviNéa bijoux, vente de bijoux fantaisie en cuir, bronze, pierres fines et autres matériaux.
Gladys Marcin, DiviNéa Bijoux
Gladys Marcin, DiviNéa Bijoux

Chronique beauté noire : Quel est votre parcours ?

Gladys Marcin : Ma formation de base n’a absolument rien à voir avec le bijou : Bac Littéraire, Deug d’Anglais et expériences professionnelles dans le commercial. Je suis ce que l’on appelle une vocation contrariée ! Les aléas de la vie ne m’ont pas permis de devenir joaillière ou d’apprendre la culture des huîtres perlières. C’est pourtant ce que je souhaitais depuis l’âge de 12 ans.

Chronique beauté noire : Comment en êtes-vous arrivée à la création de bijoux ?

G.M : La question serai plutôt : A quel moment je me suis rendu compte que ce n’étais pas possible autrement…
J’ai toujours eu ce besoin de créer. Couture, peinture, tricot, poupées, sacs…Le bijou est en quelque sorte une spécialisation mais je n’ai jamais souhaité m’y cantonner. D’ailleurs, celles qui me suivent depuis les débuts pourront témoigner des autres domaines créatifs que j’ai pu développer. Pour en revenir au bijou à proprement parler, le déclic est survenu en 2001 suite à la rencontre avec un jeune styliste, Anousone. A la base, je devais défiler. Et j’ai fini créatrice sur ses défilés : Paris, Berlin, dans les Caraïbes, Londres. L’étincelle de plaisir dans les yeux de mes clients guident mon travail. Je suis autodidacte et je suis toujours très émue quand j’assiste à un coup de foudre entre l’une des mes créations et un(e) client(e).

Chronique beauté noire : Comment est né le concept DiviNéa ?

G.M : DiviNéa est née en deux étapes. Néa puis Divi. C’est la raison pour laquelle il y a un N majuscule dans le nom de la marque.
Néa : petit clin d’œil de mon mari au film Matrix et à son héro : Néo. C’est l’expression d’un regard différent sur les choses ; elles ne sont jamais ce qu’elles paraissent être.
Divi : C’est un rappel aux Divines Adoratrices, ou Épouses divines en Egypte antique. Ce sont des princesses nubiennes qui ont régné sur la Haute Egypte au cours de la XXIIIème dynastie.
DiviNéa exprime un regard différent sur les graines, le bois, le tissus…afin de les sublimer. Le rêve ne tient à rien, juste à une multitude de détails. En clair, il ne faut pas se fier aux apparences, il faut les dépasser et se laisser émerveiller.

Chronique beauté noire : Vous utilisez une grande variété de matériaux dans vos bijoux . D’où les faites vous provenir ?

G.M : D’un peu partout : France, Afrique Antilles, Asie. J’aime beaucoup chiner. C’est l’occasion d’acquérir des perles et des matières. Il s’agit très souvent de très petites quantités. Ce qui rend impossible l’idée de faire deux fois le même bijou. D’ailleurs je m’y refuse. Je ne m’autorise que des variantes.

Chronique beauté noire : Avez-vous une préférence pour l’origine des produits que vous utilisez ?

G.M : J’ai eu un gros coup de cœur pour les graines de courbaril et de flamboyant que me faisait parvenir mon père des Antilles. J’ai dû arrêter de les travailler pour des raisons de santé mais je craque encore assez souvent et j’en glisse dans mes créations. Je suis en ce moment en train de me faire plaisir avec du tissus.
A découvrir très bientôt…

Chronique beauté noire : Vous créez des bijoux pour locks ! Portez-vous vous-même des locks ? Quelle importance le cheveu naturel a-t-il pour vous ? Participez-vous à des événements pour la promotion du cheveu naturel ?

G.M : Je crée des bijoux de locks :

  • Classic
  • Mariage
  • Nouvelle ligne en argent et pierres fines pour les fêtes.

Je porte des locks depuis quelques années maintenant et je ne me vois pas autrement (peut être crâne rasé). Pour avoir eu les cheveux défrisés pendant 10 ans, revenir au naturel n’a pas été chose facile : je ne connaissais pas vraiment cette « texture » étrange qui m’accompagnait pourtant depuis tant d’années.

Et porter son afro, ses locks est un vrai acte militant parfois, au sein même de sa communauté ou de sa famille. C’est assez paradoxal, car cela devrai être aussi anodin que de choisir entre une jupe ou une robe. J’ai eu la chance d’être acceptée et reconnue comme un être humain compétent avant d’être « la fille avec la coupe afro ».
Pour ce que je suis, sans être associée aux clichés de ce que je « parais ».J’ai participé à des événements tels que la Journée de la Coiffure Noire, Adornment à Londres, Femme Noire au cœur de la création, de nombreuses rencontres et shootings avec l’association et le forum Boucles et Cotons, et surtout le salon Boucles d’ébène. J’ai d’ailleurs prêté mes traits lors de la deuxième édition. La ligne d’accessoires cheveux LES Inédits et DiviNéa Mariage sur la Boutique en ligne témoignent d’une volonté de se démarquer tout en étant soi-même
http://www.divinea.net/

Stéphanie B.

Co-fondatrice et gérante chez Chronique beauté noire
Esthéticienne indépendante à Lyon - Séances de conseils personnalisés à domicile pour améliorer votre routine beauté

Laisser un commentaire