PageRank Chronique beauté noire Annuaires des sites Annuaire Web France Feminin Référencement gratuit
lundi , 24 juillet 2017
Accueil » CULTURE & SOCIÉTÉ » Discrimination, racisme : mais de quoi ont-ils peur?

Discrimination, racisme : mais de quoi ont-ils peur?

Vous ne l’aurez certainement pas manqué l’actualité brûlante de ces derniers jours se cristallise autour d’un seul et même sujet : la discrimination, voire le racisme. Il serait faux de dire que le vilain mot commençant par R avait totalement disparu de notre quotidien, et pour cause il y aura toujours des personnes hostiles et lâches sur notre passage. Néanmoins, je crois noter une recrudescendence et surtout, une violence dans les actes ou paroles de nos détracteurs. Mais de quoi ont-ils peur?

16665387112_0f8afb4407

Tant que nous étions tranquillement cantonnés dans les rôles qu’on nous avait attribués et que bon nombre d’entre nous semblait l’avoir accepté, nous ne menacions personne. Mais tandis que nous sommes de plus en plus visibles sur les écrans avec des personnages moins stéréotypés ( je ne parle pas de l’hexagone pour lequel ce n’est pas encore gagné) , en politique avec le double mandat d’Obama à la tête du plus puissant pays du monde, il semble que notre visibilité au delà de notre simple présence derange. Le noir fait peur…

Il suffit de voir la « pauvre Beyoncé » qui a affolé l’Amérique de la musique commerciale en sortant du rang et en prenant postion pour le mouvement Black Lives Matters. S’en est suivi un incompréhensible lynchage qui s’ explique aisément. Quand tu es noir(e) et que tu es écouté(e) et adulé(e) par des millions d’américains de bonne famille divertis nous, chante et danse de façon endiablée comme vous savez si bien le faire, mais surtout ne pense pas, ne te rebelle pas et pire encore, ne milite pas. On notera la remarquable performance de Kendrick Lamar qui soulève moins d’interrogation parce que plus crédible, mais suscite au moins autant l’admiration. Cependant, il n’y a pas que la musique engagée qui déclenche de violentes réactions.

La coiffure, que dis-je, nos cheveux à l’état naturel semblent aussi être source de tension. Après l’afro fouillé sans ménagement à l’aéroport pour de prétendues raisons de sécurité (je n’ai à ce jour jamais entendu parlé de terroriste ayant caché une bombe dans son afro) ;  voici que l’on décide qu’une coiffure naturelle ne serait pas bienséante pour se rendre en classe. Quelle aberration! Il ne fait pas beau être nappy aux Bahamas ; c’est dire à quel point la discrimination a su vicieusement prendre place. Aujourd’hui, on ne se cache même plus, si ce n’est derrière un écran d’ordinateur pour dire sa haine.

C’est le scandal qui a explosé en fin de semaine dernière sur la page Instagram du géant MAC cosmetics. Les lèvres de la discorde semblent n’avoir pas plu à tout le monde. Le racisme primaire n’est pas près de disparaître. A la simple vue de ces très belles lèvres charnues les messages haineux se sont déchaînés. Jalousie? Bêtise? Je n’ai pas la réponse à cette question.

Ce qui est me rassure c’est que , pour l’instant du moins,  personne n’a l’intention de céder aux habituelles complaintes de ceux qui nous vouent une haine passionnée. Loin de là , #SupportThePuff a rencontré un grand succès, le mannequin victime des insultes racistes sur l’Instagram de MAC Aamito Stacy Lagum a non seulement répondu à ses détracteurs mais en plus appelle à soutenir le hashtag #PrettyLipsPeriod.

Alors, montrez-vous! Sortez-moi ces afros et ces lèvres qu’ils ne sauraient voir!

Laisser un commentaire