PageRank Chronique beauté noire Annuaires des sites Annuaire Web France Feminin Référencement gratuit
mardi , 26 septembre 2017
Accueil » SANTÉ » Pratiques cosmétiques à risque » Défrisant et fibromes : une étude inquiétante

Défrisant et fibromes : une étude inquiétante

Bien que sur le marché depuis de très nombreuses années et utilisés par des millions de consommatrices, le défrisant chimique semble avoir fait l’objet de très peu d’études.

Photographe : Dorlis

D’ailleurs nombreux sont ceux qui se plaignent du fait que le défrisant ne fasse pas l’objet de règlementation par la FDA ( Food and Drug Administration) ou par l’AFSSAPS. Et pour cause, concernant l’AFSSAPS, les produits de défrisage sont considérés comme des cosmétiques et sont donc soumis aux règles concernant les cosmétiques, censé être non toxiques. En effet, aucune étude publiquement connue n’ayant pour le moment démontré un lien réel entre composant(s) du défrisage et maladies, les autorités sanitaires n’ont sans doute pas de raison « valable » de soumettre ces produits à règlementation spécifique ou de les interdire.

On connait les conséquences du  défrisage au niveau capillaire, mais on connait moins ses effets au niveau sanitaire. Pourtant nombreux sont ceux qui suspectent le défrisage de provoquer telle ou telle maladie grave. Malheureusement, il reste encore difficile de trouver des informations claires et précises sur les potentiels dangers du défrisant sur la santé. Nous avons donc effectué quelques recherches sur la question.

Il apparait que les cas de cancers liés à l’utilisation de défrisant concerne majoritairement les professionnels des salons de coiffures qui inhalent des quantités énormes de substances chimiques. Quelques études démontrent que le défrisant ne provoque ni cancer du sein, ni accouchement prématuré.

Cependant un article publié dans l’American Journal of Epidemiology alerte depuis le mois de janvier 2012 que le défrisant provoquerait des fibromes utérins. Il provoquerait également puberté précoce et problèmes urinaires. Cela serait du aux composant oestrogéniques contenus dans les défrisant, interférant avec le système hormonal. D’où la recommandation des médecins d’attendre le plus tard possible pour procéder au premier défrisage.

Des résultats d’autant plus inquiétants que selon ces mêmes sources (bien qu’anglophones), les industriels ne sont pas tenus d’indiquer tous les produits qu’ils utilisent sur les étiquettes des défrisants, car  ces ingrédients sont considéré comme secrets de fabrication. Espérons que tous ne choisissent pas de jouer cette carte-là…

Sources : Webmd.com – Abcnews.go.com

Stéphanie B.

Co-fondatrice et gérante chez Chronique beauté noire
Esthéticienne indépendante à Lyon - Séances de conseils personnalisés à domicile pour améliorer votre routine beauté

Laisser un commentaire