PageRank Chronique beauté noire Annuaires des sites Annuaire Web France Feminin Référencement gratuit
mercredi , 22 novembre 2017
Accueil » CULTURE & SOCIÉTÉ » 3 comportements qui bloquent notre réussite

3 comportements qui bloquent notre réussite

3 comportements qui bloquent notre réussite
via photopin (license)

Après m’être penchée dernièrement sur les 5 complexes qui nous collent à la peau je m’attarde brièvement cette fois sur ces mauvaises habitudes qui freinent notre unité et notre réussite. Vous avez certainement des exemples autour de vous qui témoignent de ces 3 comportements en question.

  1. Individualisme et clanisme

C’est un fait, en France l’ascenseur social est comme qui dirait bloqué. Par conséquent ceux qui se voient propulsés tout en haut développent une sorte de vertige qui les empêche de  regarder vers le bas. C’est encore plus vrai chez nous autres qui lorsqu’en devenant des personnalités oublient très facilement de quel moule elles ont été tirées. Un peu comme s’il fallait écraser pour se maintenir. Il suffit d’observer certaines personnes au sein d’institutions censées nous représenter, ou de voir comment réagissent d’autres, une fois « qu’ils ont un peu » ( une chronique radio, une émission  TV, la sortie d’un livre etc, un réseau de magasins, un doctorat …). A partir de là, ils ne se sentent plus, les Noirs d’en bas ne méritent pas la moindre attention, plus question de se mélanger ni de faire jouer son réseaux pour les autres. Certains intellectuels ou pseudo-intellectuels aiment à se congratuler entre eux sur l’étendue de leur diplôme sans jamais réaliser quoique ce soit de concret, et encore moins ce qui ressemblerait de près ou de loin à du partage. « Je suis en haut et j’y reste »… seul(e) de préférence. Telle semble être leur devise. C’est tellement plus gratifiant d’être le ou la seule noir(e) dans tel ou tel domaine.  Il y a le décapage de la peau et celui de l’esprit. Pas plus joli celui-là.

2. Le besoin d’approbation

Nombreux sont ceux parmi nous qui soit dénués d’une réelle personnalité, soit d’estime d’eux-mêmes, ne trouve beau ou acceptable que ce que la culture européenne a approuvé. Exemple simple. Pour beaucoup, auparavant porter une tenue en wax signifiait s’afficher, se déguiser, en bref c’était beaucoup trop africain et donc réservé aux darons (mariages et enterrements en premier lieu), et encore ! En  revanche depuis que des grandes enseignes s’inspirent des motifs du wax, et que des stars n’ont plus honte de se faire prendre en photo avec, ce précieux tissus est l’objet de toutes les convoitises, on en ferait presque une overdose. Les anciennes anti-wax arborent désormais fièrement simultanément foulard, bijoux, vêtement, chaussures et sac en wax. Ce soudain revirement ne s’explique que par une chose : une sorte de fièrté de surface conditionnée par un puissant besoin d’approbation. Soyons nous-mêmes, que cela plaise ou nous à ce monde normé, avant qu’on ne finisse par nous dire que le kinté a été inventé par les soeurs Kardashian. Car la triste réalité est que l’appropriation culturelle a de très beaux jours devant elle tant que nous ne revendiquerons pas notre identité.

3. La peur d’entreprendre

Ok, c’est sûr les temps sont durs et investir dans une affaire demande du travail. Qui a dit que le succès tombait du ciel ? C’est tellement frappant quand on se promène sur des sites tels l’excellent ECCE AFRICA qu’il y a un manque cruel d’entrepreunariat chez les francophones aussi bien ici que sur le continent noir. Attention, il y a là-bas de très bons inventeurs,  femmes et hommes d’affaires qui se démarquent. Mais pourquoi n’y a t-il pas d’Ali Dangoté francophone qui ai réussi et surtout pousse les autres à réussir ? Pourquoi aussi peu de model et d’émulation parmi nous ? Nous ne sommes pas moins intelligents que les autres, et pas moins bien lotis (quoi qu’être possédé par une monnaie à la solde d’autres, mais je m’égare…). Et pour ce qui est de nous en métropole ce n’est guère mieux. Nous avons la curieuse habitude par ici d’être encouragés à devenir fonctionnaire (héritage colonial ?) Les petites guéguerres d’égo et de jalousie se suffisent à elle-même pour étouffer les projets dans l’oeuf. Donc arrêtons de nous tirer dans les pattes quand l’un d’entre nous a la volonté de faire quelque chose par lui-même.

Vous avez remarqué d’autres comportements qui vous agacent et qui d’après vous sont des freins à notre réussite ? Partagez-les !

 

Laisser un commentaire